• 17Mai

    La meilleure édition du RockN’ !

    Cette énorme émission du ROCK N’

    Pour la cinquième fois Exact Music a eu la chance de se rendre à Chauny pour la huitième édition du Festival Rock N’! La magnifique soirée a eu lieu le 11 mai dernier et ne présentait pas moins de six groupes; nommés ici dans l’ordre de passage : Sweet Scarlett ; KO KO MO ; SLADE (The Official Slade page) ; Triggerfinger ; Aaron Buchanan & The Cult Classics; et enfin No One Is Innocent. Les six groupes tous d’origine et d’inspirations différentes ont su parfaitement animer la soirée qui restera dans l’esprit de certains comme la plus belle édition du Festival ROCK N’. Dès l’ouverture des portes premiers festivaliers se sont précipités à l’intérieur de forum de Chauny pour ne manquer aucune note du premier concert. À l’intérieur nous retrouvons comme chaque année plusieurs stands de merchandising dédiés aux différents groupes de la soirée, ainsi qu’un bar et qu’un foodtruck. Tous les éléments étant ainsi réunis pour passer une excellente soirée !

    Sweet Scarlett livra un set de 30 minutes pour chauffer un public déjà très réceptif. Le groupe est une formation familiale à laquelle vient s’ajouter la chanteuse Caroline Erdman dont les capacités vocalistique sont épatantes. « Sell your ticket » « With you » « Marylou » ; les morceaux s’enchaînent, le show est efficace. Sweet Scarlett nous envoute avec un rythm & blues peu communs et une voix qui reste gravée dans la mémoire. « You are the man » « Them changes » « Don’t need no prince » ; la set liste ne contient que des compositions, elle est judicieusement agencée pour mettre en valeur « Sell your ticket », le second album du groupe. « Cool cat » et « Wiseman » concluent le show qui se termine comme il a commencé mais avec un public plus dense qui n’hésite pas à comparer Caroline Erdman à Elin Larsson, la chanteuse du groupe The Blues Pills qui était à cette même place le 1er avril 2017 pour la sixième édition du Rock N’.

    KO KO MO est un duo qui n’a hélas eut lui aussi que 30 minutes pour s’exprimer, mais le combo nantais a impressionné par sa puissante présentation. Le duo surf sur la même vague que des groupes comme Monster Magnet ou The Pearl Hearts tout en s’inspirant du mouvement hard rock des années 70. « Instru (intro) » « Self Love Age » « Cherokee Gal » ; KO KO MO défend lui aussi son second album « Lemon Twins », dont le concept est très abouti. Le rythme est là, et une surprenante reprise de « Personal Jesus » (Depeche Mode) rend le public complètement fou ! Le set prendra fin avec « White house blues », ultime extrait de « Lemon Twins » sorti le 6 avril dernier !

    SLADE. Il est 19h20 quand le groupe légendaire fait irruption sur scène. « Take me back’home » « Lock Up Your Daughters » « Look wot u dun » ; le forum est une nouvelle fois complet. Le guitariste Dave Hill seul membre original du groupe a su s’entourer de trois autres musiciens d’exception, et comme toutes les légendes qui sont passé au ROCK N’, il est à la hauteur de sa réputation. « Everyday » « Cuz I luv U » « Run Runaway » « Far Far Away »; la ligne de basse et très bien mise en valeur. Dave affiche un large sourire, il semble véritablement heureux d’être sur scène ici. « My Baby Left Me » « The Banging Man » « Gudbuy T’Jane » « Mama Weer Al Craze Now »; tous les classiques y passent. Les nombreux fans de SLADE présent dans la salle sont ravi. Le claviériste et le bassiste se relayaient au chant, Dave quand à lui s’ajoute avec joie au coeur.  « My Oh My » et bien entendu pour terminer « Cum On Feel The Noise ». Drapeaux Britanniques et Français flottent sur la scène que le groupe ne quittera pas sans un : « Vive la France ! » Qui finira de ravir les fans.

    Triggerfinger, tout aussi attendu arrivent sur scène après dix minutes de balance. Qui ne connaît pas ce trio explosif Flamand ? « I’m coming for you » « First taste » « Let it ride » ; sur scène il est à noter que Mario, Paul et Ruben sont accompagnés par un quatrième homme, un second guitariste qui densifie l’atmosphère. « Short term memory love » « By absence of the sun » « Flesh tight » ; les morceaux s’enchaînent dans une ambiance que seul Triggerfinger est capable de distiller. Actuellement en tournée dans le cadre de Colossus, leur septième album les Trigger ne changent rien à leur recette de blues rock puissant sur des riffs endiablés. « My baby’s got a gun » « Colossus » ; puis enfin le fameux « All This Dancin’ Around » extrait de leur album éponyme.

    Aaron Buchanan & The Cult Classics. Bien que dans la salle beaucoup de personnes ne connaissaient pas encore ce groupe ce fut donc une découverte extraordinaire pour certain (les autre se souviennent d’Aaron au sein d’Heaven’s Basement). Précisons toutefois que la formation n’existe que depuis 2016 et qu’a l’heure actuelle il n’y a qu’un seul album appelé The man with stars on his knees, paru en 2017. « Left Me For Dead » « The Devil That Needs You » ; l’entrée en scène d’Aaron est remarquable tant par son chant que par ses pas de danse et son charisme naturel. Le show est dans la veine des groupes comme The Darkness et Coheed and Cambria. « Dancin’ Down Below » « Morals » ; le set ne durera que qu’une trentaine de minutes et s’est trop peu pour que le groupe puisse pleinement s’exprimer. néanmoins un medley et à la présence d’Aaron dans la foule pour le faire virevolter marqueront les esprits.

    No One Is Innocent, autre légende. Cette fois-ci le rock Français prend place au Forum et ce n’est pas pour déplaire. Pour clôturer cette fabuleuse édition du Rock N’ Kemar et sa bande ont mis le feu pendant un peu plus d’une heure ! « La Gloire du Marché » « Silencio » « Kids Are On the Run »; le chanteur n’hésite pas à solliciter les plus jeunes pour l’accompagner dans son délire. Le public déjà chaud et devenu littéralement bouillant : « Ali (King of the ring) » « Nomenklatura » l’incontournable « La Peau » la reprise de « Bullet in the head » (Rage Against The Machine), que demander de plus… « Liar (Machine à rêver) » « Charlie (en dédicaces aux résistants et aux gilets jaunes) ». La set list est très porté sur « Frankenstein », le dernier album en date et se termine par : « Chile » et « What the fuck » ; qui laissera son empreinte sur la soirée !

    Aaron, Jean-Michèl Fondement et Laurie Buchanan

    Lors de cette soirée l’équipe d’Exact Music a pu réaliser des photos et interviews de tous les groupes présents. Une émission débriefing sera prochainement diffusée sur RJR et Radio Primitive et une fois de plus, c’est au nom de tous les festivaliers du Rock N’ que nous remercions chaleureusement messieurs Yves Gamba et Jean Michel Fondement ainsi qu’a tous leurs bénévoles.

    Antoine Lacroix.

Leave a Reply